Majorité municipale "Avec vous pour Vincennes"

 

Glyphosate : un arrêté pour que les espaces privés bénéficient des mêmes protections que les espaces publics

La justice vient de rendre son verdict et il ne nous a pas surpris. Les arrêtés pris symboliquement par certaines communes du Val-de-Marne pour interdire tout usage du glyphosate, arrêtés qui avaient été déférés par le préfet, ont été suspendus par le tribunal de Melun. Nous l’avions dit et répété, cette décision était quasi-certaine ; à Vincennes, nous sommes dans les faits passés au zéro phyto dans les espaces publics depuis 10 ans, et prendre un arrêté qui serait retoqué n’avait pas de sens. C’est pour cette raison que nous avions demandé, lors du Conseil municipal du 25 septembre, à l’État de prendre ses responsabilités en créant la réglementation nécessaire pour combler les lacunes. Le sujet des usages agricoles, sur lequel s’était concentré le débat public, est un enjeu majeur au plan national, mais beaucoup moins à Vincennes, faute de terres concernées. Mais il est en tout état de cause irrationnel qu’un débat s’instaure sur une distance à respecter au plus vite dans ce cas, mais ignore totalement la question en zone dense des riverains d’espaces verts où ces produits continueraient d’être utilisés. Comment en effet comprendre que l’usage de produits pesticides soit interdit aux particuliers et aux collectivités locales pour protéger les habitants, mais que les professionnels puissent les utiliser pour traiter les espaces et jardins privés des copropriétés ?

C’est tout à fait inexplicable : un produit est potentiellement dangereux pour tout le monde ou bien ne l’est pas... L’État cependant ne semble pas décidé à mettre rapidement en cohérence la réglementation. Dans leur sagesse, les juges de Melun ont rappelé qu’à défaut de prendre des arrêtés d’interdiction générale, les maires pouvaient « à titre exceptionnel, faire usage de leurs pouvoirs de police générale que pour adopter des mesures ponctuelles destinées à prévenir un danger ou à y mettre fin, et à la double condition de l’existence d’un péril imminent et d’une carence de la police spéciale exercée par les ministres et les préfets. » C’est dans cet esprit que le maire Charlotte Libert-Albanel vient de prendre un arrêté destiné à interdire l’usage du glyphosate et des autres substances chimiques notamment celles contenant des perturbateurs endocriniens pour le traitement des espaces et jardins privés entretenus par des professionnels qui pourraient avoir recours à ces produits. C’est, tout simplement, une mesure de bon sens : ni les abeilles ni les enfants ne s’interrogent en effet sur la catégorie juridique des jardins où ils évoluent...

Les élus de la Majorité municipale Avec vous pour Vincennes

Le kiosque de la place Pierre-Semard est ouvert !

Vous l’avez sans doute constaté le 18 novembre dernier : après quelques semaines d’attente, le kiosque nous avons voulu pour la place Pierre-Semard a ouvert ses portes. Dès le premier jour, cette ouverture a suscité l’enthousiasme, répondant aux attentes des Vincennois. C’est essentiel car c’est maintenant de ses ventes et du comportement des consommateurs que dépend sa pérennité ! Le kiosque de la place Jean-Spire-Lemaître n’a pour l’instant pas eu la même chance. Après trois semaines d’exploitation, le kiosquier a en effet cessé son activité fin octobre. L’entreprise Mediakiosk a relancé une annonce afin de trouver un nouveau kiosquier, que nous avons choisi de relayer sur vincennes.fr. Pour mémoire sur les compétences de chacun, les élus municipaux ne peuvent que faciliter l’accès à la presse en rendant possible l’installation de kiosques, qui sont ensuite mis en œuvre, sur appel d’offres, par la société Mediakiosk, chargée à son tour de trouver les kiosquiers pour les exploiter.

Pas tout à fait comme une lettre à la Poste

Nous évoquions le mois dernier la situation de la distribution du courrier à Vincennes et les mesures prises par le maire et les élus de Vincennes pour relayer les difficultés rencontrées par les Vincennois. Un mois plus tard, où en sommes-nous ? De nombreux Vincennois l’ont constaté, le retard est en cours de rattrapage, et des courriers datant de plusieurs semaines commencent à retrouver le chemin de leurs destinataires. D’autres malheureusement restent perdus et qu’il s’agisse de chéquiers, factures, codes de cartes bleues, amendes…, ces retards créent parfois des situations inextricables. Vos élus relaient régulièrement à la Direction de La Poste les difficultés que vous leur rapportez, et à l’heure où nous écrivons ces lignes, un nouveau rendez-vous doit avoir lieu entre Madame le Maire et La Poste afin de faire le point sur la situation. Au-delà, chacun d’entre-vous peut faire part de ses difficultés auprès de l’ARCEP (Autorité de régulation des communications électroniques et des Postes), à l’adresse : jalerte.arcep.fr.