Un partenariat durable, une démarche ambitieuse

La coopération décentralisée permet d’agir et d’investir dans des domaines divers : appui institutionnel, démocratie et gouvernance locale, développement local, dialogue des cultures, développement social et santé, enseignement et formation des acteurs locaux. Le projet élaboré avec Gondar est un projet d’échange, de partage de valeurs, de compétences et de savoir faire dans l'objectif de réduire la pauvreté par la mise en valeur du patrimoine culturel et le développement durable de l'offre touristique

Une démarche longuement murie

Pour arrêter son choix sur Gondar , la municipalité a exploré le monde, consulté des experts et dressé un auto-diagnostic pendant plus d’un an.

© PY-Jan Aurianne studio

Début 2009, un Comité consultatif des relations internationales est créé , et rassemble des élus, des représentants d’associations déjà engagés dans le jumelage ou l’humanitaire, des Vincennois cooptés pour leurs connaissances linguistiques ou des échanges internationaux, des acteurs économiques...

Son rôle ? Apporter son expérience du terrain , contribuer au diagnostic des compétences vincennoises au sein des services municipaux et de la société civile, pour que puissent être dégagées les orientations d’action.

Après un an de réunions et d’ateliers, trois axes se dessinent :

  • la participation de la jeunesse au projet,
  • la valorisation du patrimoine
  • développement durable.

Une mission exploratoire est ensuite envoyée sur place. Trois sites classés au patrimoine mondial de l’humanité entourent Gondar . De plus, les représentants de la ville ont été très réactifs et enthousiastes devant la perspective d’un partenariat.

Objectif visé : restaurer le château du XVIIIe siècle, le transformer en musée et développer autour des activités créatrices d’emplois. Le projet fédère également l’enthousiasme de nombreux partenaires : ambassade de France, Organisation mondiale du tourisme, Alliance française, Centre français d’études éthiopiennes à Addis-Abeba (dont le directeur s’avère être vincennois !), ONG locales.

«Les touropérateurs regardent l’Éthiopie avec de plus en plus d’intérêt, l’infrastructure hôtelière commence à être réhabilitée… Nous avons eu le sentiment d’être au bon endroit au bon moment !» explique la chargée des relations internationales au sein de l'administration municipale.

Partager compétences et savoir-faire

Signature de l'accord de partenariat Gondar-Vincennes par Laurent Lafon et Habtamu Genetu Tedla

Partenariat solidaire entre collectivités locales, la coopération décentralisée doit donc permettre la connaissance mutuelle de deux communes dans leurs spécificités sociales, culturelles, économiques. Elle contribue aussi au développement de chacune d’elles, en mettant en lien non seulement les institutions, mais aussi les habitants, les partenaires sociaux et associatifs ainsi que les structures professionnelles voire les entreprises locales.

Vincennes dispose de nombreuses compétences au sein du personnel communal autour de la restauration, de l’aménagement paysager, du patrimoine et du tourisme. Du côté des Vincennois, il existe aussi tout un réseau d’artisans d’art, d’associations, d’agences de voyages. Enfin la Ville est engagée dans un Agenda 21… Soit une convergence de faisceaux favorables pour soutenir la localité de Gondar, ville également reconnue pour la richesse de son patrimoine et la beauté de son château !

Établi pour trois ans, le projet de coopération décentralisée avec Gondar entre dans sa phase concrète dès 2010. La Charte de la coopération décentralisée - dont la ratification est à l'ordre du jour du conseil municipal d'avril - est un document fondateur qui a pour objet de dégager des valeurs et des grands principes tels que l’humanisme et le développement durable. La municipalité attend aussi la validation du projet par le ministère des Affaires étrangères, ce qui ouvre droit à des subventions.

Une convention précise l’objet des actions envisagées et le montant prévisionnel des engagements financiers , le tout dans le respect des engagements internationaux de la France.

Enfin, du 23 au 27 mars 2010, le maire de Gondar, son adjoint à la culture et au tourisme ainsi que le responsable du patrimoine de la ville étaient à Vincennes pour signer un protocole d’accord général avec la Ville.

Un intérêt réciproque

Si la coopération décentralisée est un acte de solidarité qui permet à Vincennes de soutenir et d’engager un projet d’aide au développement, elle offre aussi la possibilité de développer des échanges économiques entre entreprises et partenaires commerciaux . Enjeu social et politique, elle permet d’encourager la citoyenneté et l’action associative. Enfin, la coopération décentralisée est un moyen de valoriser à l’extérieur les potentialités économiques, culturelles et touristiques de la commune en montrant son ouverture et son dynamisme.

  • Générer en pdf
  • Haut de page

Sondage

DailyMotion DailyMotion