Tribune Vincennes, l’humain d’abord

Un peu... beaucoup...

Le logement dit "social" est un logement à but non lucratif et non spéculatif, dont la raison d’être est le droit au logement pour tous.

La loi SRU , loi de Solidarité et Renouvellement Urbain fixait en 2000 l’obligation pour chaque commune de réaliser un pourcentage de 20 % de logements "sociaux" afin d’ encourager une mixité des revenus à l’échelle de petits territoires.
Ce pourcentage a été porté par la loi Dufflot (dite ALUR ) à 25 % en 2025.
La Mairie de Vincennes communique beaucoup sur les efforts consentis pour respecter ces objectifs fixés par la loi.
Il est vrai que quelques opérations, surtout mixtes "social"-accession privée, ont vu le jour. Nous nous en réjouissons, mais malheureusement la part "social" n’a jamais dépassé 25 %.
Au delà de la communication il y a un manque d’enthousiasme.
Le PLH, Programme Local de l’Habitat de Vincennes , prévoit la réalisation de 842 logements sociaux en 6 ans, de 2012 à 2017.
Précisons : dont 346 logements T1, en résidence pour personnes âgées ou pour étudiants.
 Certes il faut répondre aux besoins de tous, mais un loyer de 550 euros mensuels pour un logement de 19m² ne peut être qualifié de logement "social" , même si dans certains cas, les étudiants peuvent percevoir une APL.
Quand aux résidences pour personnes âgées, tout le monde en connait les tarifs inaccessibles pour beaucoup, alors que Vincennes n’a pas voulu accueillir un établissement de la Maison de Retraite Intercommunale, vraiment "sociale", elle…
-La commune a créé un "Observatoire de l’Habitat".
C’est sans doute la raison pour laquelle mes questions concernant le nombre et la capacité d’accueil des logements "sociaux" de Vincennes sont restées sans réponse…
Sur son site, l’Observatoire prétend qu’on a franchi les 10 % de logements "sociaux" (résidences étudiantes et de personnes âgées comprises…). Les services de l’Etat, eux, n’en comptent qu’à peine 9 %.
Au delà des comptes, notre ville est très loin de pouvoir seulement répondre au besoin urgent, d’un logement accessible, de nombreux jeunes ménages vincennois !
Rappelons que dans le Val de Marne, ce que ne dit pas l’Observatoire, c’est que seules 3 villes respectent moins encore la loi SRU que Vincennes : Saint Maur, Périgny et Ormesson. Notons que Périgny compte
2200 habitants et Ormesson 9800… Comment font les 44 autres villes ?
Dans une commune où se loger coûte si cher, où 1 logement sur 2 est encore un studio ou un deux pièces, où, par conséquence plus de la moitié des logements sont occupés par une personne seule, il y a
encore beaucoup de travail pour résorber le retard.

La mairie de Vincennes fait beaucoup de "communication", juste manque l’enthousiasme .

Front de gauche

Nami Cagani
Conseiller municipal
Tél. : 06 77 04 00 06

  • Générer en pdf
  • Haut de page

Sondage

DailyMotion DailyMotion