Tribune Vincennes, l’humain d’abord

PARCOURS BIAISÉ

Catastrophe annoncée, Parcoursup est bien un fiasco. APB ne laissait sur le bord de la route qu’1 % des postulants – ils étaient encore 20 % à la veille du bac cette année.

Parcoursup pratique l’assignation à résidence et cantonne dans les banlieues, au-delà de la muraille du périphérique, au prétexte de la sectorisation. On oblige chaque élève à rédiger dix lettres de motivation pipeautées qui ne seront pas lues faute de personnel pour dépouiller cette avalanche de dossiers ingérable. Sans compter les CV exigés de ces toutes jeunes vies ! De ces lycéens, on prétend tout savoir, mais la transparence est à sens unique car les universités ne sont pas tenues de communiquer leurs critères d’admission.
Les bacheliers d’aujourd’hui sont nés depuis dix-huit ans ! La France est un pays assez riche pour anticiper ses besoins de formation, planifier les constructions et recrutements nécessaires. Faute de matière première, la richesse de notre pays
est le haut niveau d’éducation de sa population. Sous le joug de dogmes néolibéraux bornés, il a fallu réduire les dépenses, quelles qu’en soient les pertes ! Sarkozy supprima 60 000 postes d’enseignants et taillada dans la formation pédagogique,
Hollande poursuivit l’œuvre sans rétablir les postes, et c’est maintenant un saccage général décomplexé.
L’OCDE, officine néolibérale européenne, analysait déjà en 1996 la "faisabilité politique de l’ajustement" (1) : "Si on diminue les dépenses de fonctionnement, il faut veiller à ne pas diminuer la quantité de service, quitte à ce que la qualité baisse. On peut réduire par exemple les crédits de fonctionnement aux écoles et aux universités, mais il serait dangereux de restreindre le nombre d’élèves ou d’étudiants. Les familles réagiront violemment à un refus d’inscription de leurs enfants, mais non à une baisse graduelle de la qualité de l’enseignement." Le président des riches passe à la vitesse supérieure en faisant les deux en même temps : baisse de la qualité et de la quantité d’étudiants accueillis. Leur bac en poche, souhaitons aux lycéens
vincennois un avenir plus humain ; nous poursuivrons notre lutte afin qu’ils connaissent "les jours heureux".
(1) OCDE, Cahier de Politique Économique n° 13

Front de gauche

Charlotte Pommier
Conseillère municipale
Tél. : 06 23 05 02 34
 

  • Générer en pdf
  • Haut de page

Sondage

DailyMotion DailyMotion