Tribune Vincennes, l’humain d’abord

UNE TRAJECTOIRE VERS L'AUSTÉRITÉ

L'appétit ultralibéral de la majorité gouvernementale n'épargne aucun pilier de notre république, et c'est malheureusement sans surprise que la dernière loi de programmation des finances publiques, le 22 janvier, s'est attaquée à la gestion des Communes, qui continuait jusqu'ici à lui échapper.

L'État a ainsi décidé que les villes et les collectivités territoriales, à partir d'une certaine taille, devraient signer avec lui un contrat s'engageant à "tenir une trajectoire", "maîtriser" – choisissez votre euphémisme – les dépenses publiques. Vincennes est concernée.
Il s'agit d'une véritable mise sous tutelle qui pose un double problème, de principe d'abord, car cela remet en cause comme jamais la décentralisation et la libre administration des collectivités territoriales, garanties par la Constitution. Nous avons été élu.es par les citoyen.nes pour mettre en œuvre des programmes qu’ils ont choisis. Avec ces contrats, c’est ce choix démocratique qui est bafoué, les dynamiques locales piétinées.
Ensuite, cette contractualisation n'est pas neutre, puisqu'elle impose un seul objectif : l'austérité budgétaire. Nous le répétons, bien que cela ait choqué en Conseil municipal : si la bonne gestion des collectivités est une condition de développement local, elle ne peut en aucun cas constituer un objectif politique ex nihilo.
Nous défendons le droit de pouvoir maintenir et développer des services publics de qualité, répondant aux besoins des habitant.es, réduisant les inégalités, favorisant l’émancipation… Et même celui de nos adversaires à voir les choses autrement !
De nombreuses communes ont refusé de signer ce contrat de dupes, Vincennes au contraire s'est empressée de le faire. Signataires ou non, c'est une lourde reprise en main par le Préfet qui s'impose en cas de sortie de route, qui récupère jusqu'à 2 % du budget et retire la dotation de soutien à l'investissement local.
Les enjeux auxquels nous faisons face méritent mieux que ce chantage. Avec des logiques aussi aveugles, on assiste à l'effondrement du principe même de l'impôt, dont l'usage est décidé par toutes et tous, menaçant directement notre société.

Front de gauche

Charlotte Pommier
Conseillère municipale
Tél. : 06 23 05 02 34
 

  • Générer en pdf
  • Haut de page

Sondage

DailyMotion DailyMotion