Parc zoologique de Paris, rappel chronologique

Décembre 2011 : pose de la première pierre

Septembre 2011 : Premiers coups de pioche au zoo de Vincennes.

Février 2010 : Signature du parteneriat public-privé liant le Muséum, qui reste propriétaire et exploitant du zoo et le groupement Chrysalis (Bouygues Construction), acteur de la rénovation. Le coût du projet est estimé à 133 millions d’euros (dont 25 % apportés par l’État) et les premiers coups de pioche devraient être donnés dès le mois de septembre 2011.

Juillet 2009 : la ministre de l'Enseignement supérieur et de la recherche, Valérie Pécresse, fait part à la presse de l'apport par l’État de 30 millions d'euros en subvention initiale afin de permettre le déblocage du projet, et en particulier du projet de partenariat public-privé.

 

Novembre 2008 : Après 75 ans de fonctionnement, le parc zoologique de Paris ferme ses portes pour travaux le dernier week-end de novembre. Pour marquer cette date et permettre au public de profiter du parc, un week-end portes ouvertes accueille gratuitement les visiteurs les 29 et 30 novembre. Au programme, après la mise en lumière 10 jours plut tôt de l’emblématique Grand rocher, une exposition sur l’histoire du zoo, et des visites insolites du parc les samedi et dimanche après-midi aux côtés des comédiens du collectif Un euro ne fait pas le printemps.

Avril 2008 : La direction du Muséum national d'histoire naturelle dont dépend le zoo de Vincennes annonce, lors du Comité des partenaires pour la mise en œuvre du projet de rénovation du parc animalier, et au sein duquel siège notamment le maire de Vincennes Laurent Lafon, que le zoo fermerait ses portes à la fin de l'année en vue de sa rénovation. Dans le cadre de l'opération, tous les animaux seront évacués afin de permettre l'ouverture du chantier au premier trimestre 2009 dont la durée totale est estimée à 30 mois. A l’occasion de cette annonce, le maire de Vincennes, Laurent Lafon souhaite apporter un commentaire :
« Comme j’ai pu le dire ou l’écrire à plusieurs reprise depuis le mois d’août 2004, l’avenir du zoo de Vincennes n’est toujours pas garanti et cette annonce n’est pas forcément une bonne nouvelle. En effet, si le partenariat public-privé (PPP) est certainement la solution la plus adéquate pour financer le futur zoo de Vincennes, rien ne garantit avant la fermeture du zoo la réussite du PPP lancé en décembre dernier. On se souvient de l’échec du PPP de 2005 fixé sur des bases irréalistes, et, même si le projet suivant semble économiquement plus sûr, qu’adviendrait-il si celui-ci venait à échouer ? Nous nous retrouverions devant un zoo fermé et aucune solution d’avenir. Aujourd’hui donc, la prudence reste de mise mais je souhaite vivement la réussite de ce partenariat public-privé. »

Juin 2007: Le directeur général du Muséum national d'histoire naturelle vient d'annoncer que le projet de rénovation du zoo de Vincennes était à nouveau retardé. Le nouveau zoo, qui devait initialement rouvrir ses portes courant 2008 ne sortira finalement pas de terre "avant 2011 au plus tôt'". La ville interpelle le ministre de l'écologie et du développement durables Jean-Louis BORLOO et la ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche, Valérie PECRESSE.

Eté 2006: lancement d'un appel à candidatures par le Muséum national d’histoire naturelle, qui administre le zoo . Objectif : trouver des opérateurs privés pour la réalisation d’une mission globale portant sur la conception, la construction, la réhabilitation des bâtiments existants et des espaces extérieurs, le financement et la maintenance, l’entretien, le nettoyage, le gardiennage... Au total, 13 000 m² de bâtiments à démolir, 9 000 à réhabiliter, 16 000 à édifier, 21 000 m² de serres et volières à construire, 1 800 arbres à planter ou replanter… Un projet dont le loyer doit être autofinancé grâce aux recettes des entrées, et non par des crédits budgétaires. En juillet, avis favorable du ministère de l'économie, des finances et du budget pour plan de financement. Remise des offres le 29 septembre 2006. Sélection du candidat attendue au printemps 2007.

Novembre 2005 : sélection des cabinets Beckmann-N'Thépé, TnPlus et d'une scénographe qui proposent au comité des experts et aux partenaires un projet global qui se veut à la fois spectaculaire (création de serres tropicales, restaurant panoramique en haut du rocher) et exemplaire d'un point de vue environnemental.

15 octobre 2005 : A l’occasion de l’installation du nouveau Comité interministériel d’Aménagement et de Compétitivité des Territoires (CIACT), le Premier ministre Dominique de Villepin présente sa stratégie de relance des investissements publics en matière d’infrastructures et de recherche.
Parmi les 35 projets susceptibles de bénéficier d’un partenariat public/privé (PPP), deux projets concernant le Bois de Vincennes ont été identifiés : la rénovation et la gestion des installations de l’INSEP, mais aussi la rénovation du Zoo de Vincennes.

19 mai 2005 : Première réunion du Comité de partenaires. Le directeur du Muséum a annoncé les grandes lignes du futur projet d’aménagement du zoo qui sera organisé autour de cinq zones biologiques. Si le projet de rénovation paraît bien avancé, le montage financier n'est en revanche toujours pas assuré. Pour parvenir au montage financier de cette opération d’envergure (estimé à plus de 60 millions d’euros), un cabinet d’avocat a été mandaté pour assister le Muséum dans le partenariat public-privé annoncé fin 2004 par François Fillon, mais rien de précis n'est encore arrêté.

Avril 2005 : Laurent Lafon écrit à Allain Bougrain-Dubourg afin de pouvoir évoquer ensemble "l'avenir du zoo et les solutions envisageables pour le préserver". M. Bertrand-Pierre Galey, directeur général du Muséum écrit à Laurent Lafon que "le projet de rénovation du Parc zoologique de Paris est désormais passé dans une phase active" Il est proposé de constituer un comité de partenaires (ville de Paris, communes riveraines du zoo, comité intercommunal de défense du Bois de Vincennes, Conseil général du Val-de-Marne, Conseil régional d'Île-de-France). Ce comité ainsi que le comité d'experts participeraient à l'élaboration du projet de rénovation du zoo. Un appel à constitution d'équipes externes a été lancé, permettant de recueillir 27 candidatures afin de "faire émerger, dans la cadre d'un marché de défintion, un projet architectural, paysager et zoologique permettant d'accueillir le plus large public pour lui montrer l'un des plus beaux parcs zoologiques du monde". Le directeur du Muséum précise que le comité de partenaires sera régulièrement informé de l'avancement du dossier.

Mars 2005 : Lancement officiel du programme de rénovation avec un comité des partenaires (communes riveraines du zoo, comité du Bois de Vincennes, Conseil général, Conseil régional) et un comité d'experts pour la rénovation du zoo de Vincennes, coprésidé notamment par M. Allain Bougrain-Dubourg.

10 février 2005 : Publication au Journal Officiel de la réponse de M. François Fillon, ministre de l’Éducation nationale et de la Recherche , à M. Jean-Jacques Jégou, sénateur-maire du Plessis-Trévise, qui avait attiré son attention sur "la situation dramatique dans laquelle se trouve aujourd'hui" le zoo.
"La situation du parc zoologique (zoo de Vincennes) et plus généralement l'état du patrimoine immobilier du Muséum national d'histoire naturelle, d'une valeur scientifique et culturelle considérable, retiennent toute l'attention du ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche. Comme suite à la signature du contrat de développement 2003-2008 de l'établissement, est ainsi aujourd'hui à l'étude la programmation des investissements à réaliser dans les prochaines années pour rénover l'ensemble de ce patrimoine, dans le cadre d'un schéma directeur pluriannuel à long terme. S'agissant de 2005, l'établissement consacrera un effort particulier à une première tranche de travaux de rénovation : son budget prévisionnel d'investissement est ainsi fixé à 18,5 M d'euros, en très forte progression par rapport à celui de 2004 (13 M d'euros de dépenses d'investissement, soit + 42 %) : il sera couvert par une subvention d'investissement du ministère elle-même en très forte augmentation par rapport à 2004, marquant la priorité accordée par le ministère aux travaux de réhabilitation conduits par le Muséum : 15,9 M d'euros prévus contre 8,5 M d'euros de crédits de paiement versés en 2004 (+ 87 %). Une part significative de cette enveloppe, soit 2,5 M d'euros s'ajoutant aux crédits engagés en 2004, sera consacrée aux travaux de sécurisation et de réaménagement permettant de maintenir partiellement ouvert en 2005 le zoo de Vincennes".
Pour mémoire, la rénovation du zoo est estimée entre 60 et 80 millions d'euros.

26 janvier 2005 : M. Serge Lepeltier, ministre de l’Écologie et du Développement durable, écrit à M. André Santini, député-maire d'Issy-les-Moulineaux, qui avait attiré son attention sur l'état du Parc zoologique de Paris : "L"historique de l'établissement, sa réputation internationale, ainsi que le rayonnement touristique de Paris et de l'Ile-de-France justifient qu'il conserve la position qu'il a occupée jusqu'à présent. (...) Le parc zoologique de Vincennes, riche de savoirs scientifiques et techniques, se doit d'avoir en la matière un rôle exemplaire, répondant ainsi à sa vocation à la fois culturelle et touristique. Pour atteindre ses objectifs, le secteur des jardins zoologiques est soumis à de constanbtes adaptations qui devront également concerner la plupart des installations du parc zoologique de Vincennes. Dans le cadre des missions qui lui sont attribuées, mon département ministériel suivra avec attention l'évolution d'un établissement auquel beucoup sont attachés et qui peut continuer à jouer un rôle important pour protéger la biodiversité."

5 décembre 2004 : Remise à la directrice du Parc zoologique, le Dr Claude-Anne Gauthier, les 1.400 premiers messages de soutien reçus sur ce site.

Lettre du 27 octobre 2004

27 octobre 2004 : M. François Fillon, ministre de l’Éducation nationale et de la Recherche, répond au maire de Vincennes que "la sauvegarde du zoo est pour [lui] toujours une priorité," et souligne que "500 k€ viennent d'être débloqués en urgence" pour "garantir la sécurité des personnels, des visiteurs et des animaux. Le ministre indique que "cet effort sera poursuivi et amplifié en 2005" afin de maintenir l'ouverture du site au public et que, par ailleurs, le Muséum national d'histoire naturelle a lancé "des travaux préparatoires" afin de "repenser l'ensemble du site" : M. Fillon souligne que "6 à 7 mois d'études seront néanmoins encore nécessaires pour finaliser le projet" et que son objectif est "qu'un appel à candidature pour un partenariat privé-public puisse être lancé avant l'automne 2005".

30 septembre 2004 : En séance plénière du Conseil régional, Laurent LAFON pose une question orale concernant "les intentions de la Région" sur la question du Zoo. M. HUCHON, Président de la Région Ile-de-France, répond qu' "on ne peut que s'associer au voeu du Conseil de Paris qui demande que l'Etat assume son rôle" et que "si une réflexion devait s'engager à son initiative, la Région pourrait y participer".

29 septembre 2004 : Le Conseil municipal de Vincennes adopte deux vœux concernant le zoo de Vincennes ; le Conseil municipal demande notamment "au gouvernement de décider la rénovation totale du Parc zoologique du Bois de Vincennes, à l'étude depuis longtemps et aujourd'hui indispensable, et de mettre en oeuvre rapidement les moyens nécessaires à sa réhabilitation". D'autres vœux analogues seront également adoptés en septembre, octobre, novembre par les conseils municipaux d'un certain nombre de communes de l'Est parisien, ainsi que par le Conseil général du Val-de-Marne.

28 septembre 2004 : le maire de Paris déclare, en marge du Conseil de Paris, qu'il n'envisage pas "d'apporter de financements de la Ville au plan de sauvetage du zoo de Vincennes". Le Conseil de Paris adopte un vœu appelant "à la responsabilité de l’État et acceptant de participer à une réflexion sur le projet de rénovation sans s'engager elle-même financièrement".

Lettre du 20 septembre 2004

20 septembre 2004 : Dans une lettre au maire de Vincennes, le ministre de l’Éducation nationale, François FILLON, souligne qu'il a "demandé à ses services et à la direction du Museum d'examiner les différentes options possibles pour mener [cette] remise en état , et notamment celle d'un partenariat public-privé qui pourrait se montrer adapté à la situation spécifique du zoo". Il ajoute : "Quel que soit le mode de financement retenu, j'attacherai du prix à ce que le déroulement des travaux permette, dans toute la mesure du possible, une continuité de l'accueil du public."

20 septembre 2004 : Laurent Lafon, maire de Vincennes, publie à l'occasion des Journées du Patrimoine dans Le Monde du 19 septembre 2004 une tribune consacrée au Parc zoologique de Paris, intitulée : "Vincennes : un cri pour le zoo".
Tribune concernant le zoo (pdf - 29,47 ko)

10 septembre 2004 : Réunion du Comité intercommunal de défense du Bois de Vincennes , au cours de laquelle les maires des villes riveraines reçoivent le Directeur du Muséum ainsi que des représentants du personnel gréviste. L'ensemble des villes riveraines valident les différents points d'action concertée proposées par Laurent Lafon.
Le directeur de Muséum annonce le déblocage de 500.000 euros de crédits pour des travaux d'urgence.

Lettre du 9 septembre 2004

9 septembre 2004 : Le Maire de Vincennes, également Conseiller régional d'Île-de-France, attire par courrier l'attention de M. Jean-Paul Huchon, Président de la Région Île-de-France, sur la situation du zoo. Il précise qu'il "revient à l'Etat (...) de prendre les mesures qui s'imposent, en débloquant les moyens nécessaires." Laurent Lafon ajoute : "Il semble légitime que la Région apporte également son concours à la sauvegarde du zoo, dans le cadre de sa politique en faveur de la recherche et de la diffusion de la culture scientifique parmi le grand public.

  1. La vocation pédagogique du site est indéniable : il est fréquenté par de nombreux groupes scolaires (...)
  2. Son activité et sa fréquentation soutenue en font l'un des équipements au service de la diffusion du savoir scientifique sur le vivant le plus important de l'Est parisien.
  3. Par son histoire, son architecture et son rayonnement, il représente un patrimoine public sans équivalent en Île-de-France.

Laurent Lafon a également écrit aux maires des villes riveraines du Bois dans la perspective de leur réunion du lendemain, à l'ordre du jour de laquelle a été inscrite la question d'une action concertée pour défendre les intérêts du zoo de Vincennes et en assurer la sauvegarde. Les démarches proposées par le maire de Vincennes sont les suivantes :

  • "solliciter une audience commune des maires auprès de M. Fançois Fillon, ministre de tutelle du Muséum national d'histoire naturelle", dont dépend le Parc zoologique de Paris ;
  • demande à M. Bertrand DELANOE, maire de Paris, sur le territoire duquel est implanté le zoo, de s'engager résolument sur ce dossier, compte tenu notamment du fait que l'existence d'un parc zoologique dans le Bois de Vincennes est en parfaite adéquation avec les principes de la charte que nous avons co-signée avec lui (vocation de promenade publique, promotion des activités proches de la nature à destination des enfants et des adultes, espace de loisirs et de plein air...);
  • faire adopter à la prochaine réunion de nos Conseils municipaux respectifs un voeu commun demandant à l'Etat la rénovation totale du zoo."

Lancement sur le site vincennes.fr du Mouvement de soutien populaire au zoo.

2 septembre 2004 : Le maire de Vincennes rencontre Bertrand Galey, directeur du Muséum national d'histoire naturelle.

26 août 2004 : Le maire de Vincennes écrit à François Fillon, Ministre de l’Éducation nationale , de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, afin de souligner que "la situation actuelle réclame la rénovation totale du parc, à l'étude depuis longtemps et plusieurs fois annoncée". Le coût d'une telle rénovation est estimé à environ 60 à 80 Millions d'euros.

23 août 2004 : Le personnel du Parc zoologique de Paris écrit au Maire de Vincennes pour lui faire part de son inquiétude. Par ailleurs, le personnel du zoo décide d'exercer "son droit de retrait et d'alerte", ce qui a pour conséquence la fermeture au public du zoo pendant plusieurs jours.

22 juillet 2004 : Le directeur du Muséum national d'Histoire naturelle, M. Bertrand Galey décide la fermeture partielle du Parc zoologique de Paris en raison de l'état de certaines structures.

9 novembre 1994 : inauguration du grand rocher en présence de M. François Bayrou, Ministre de l’Éducation nationale.

9 novembre 1994 : des travaux de rénovation du grand rocher sont entrepris grâce une aide de l’État de 15 millions d'euros, en prélude à un futur réaménagement d'ensemble du zoo.

1982 : fermeture au public du Grand rocher du Zoo.

2 juin 1934 : inauguration du Parc par le Président de la République Albert Lebrun . Le Parc et son grand rocher emblématique ont été conçus pour durer 40 ans par Charles Letrosne, architecte en chef des Bâtiments civil et Palais nationaux. L'objectif poursuivi est de créer une nature artificielle et donner un sentiment de liberté aux animaux.

7 mai 1931 : ouverture dans le cadre de l'Exposition coloniale organisée dans le Bois de Vincennes (Paris XIIe) d'un grand jardin zoologique provisoire de 3 ha, qui, en raison de son succès, voit sa fermeture différée à janvier 1932. Sous la pression du public et de la presse, la ville de Paris concède au Muséum d'Histoire naturelle la création d'un véritable parc zoologique.

  • Générer en pdf
  • Haut de page

Sondage

DailyMotion DailyMotion