INSEP : L’excellence sportive à deux pas de Vincennes

En savoir +

À quelques mois des Jeux olympiques de Londres, l’INSEP évolue à tous les échelons. Changement de dénomination, construction et rénovation d’équipements, création de nouvelles filières professionnelles…, autant d’aménagements orientés vers la recherche de l’excellence pour les athlètes, entraîneurs et cadres du sport français. Avec ses 27 Pôles France, l’INSEP est aujourd’hui un établissement d’excellence observé par le monde entier.

L’aventure remonte au milieu du XIXe siècle. Le 15 juillet 1852, l’École Normale de Gymnastique de Joinville-le-Pont voyait le jour . "À l’époque, l’établissement n’accueillait que des garçons que l’on préparait pour la guerre", rappelle Thierry Maudet, directeur général de l’INSEP.

Cent soixante ans et bien des évolutions plus tard, la vocation de l’INSEP a totalement changé.

"Le vrai tournant dans l’histoire de l’INSEP remonte aux années 60. Le Général de Gaulle souhaitait donner un nouveau souffle au sport français, marqué par des échecs cuisants aux Jeux olympiques de Rome (1960) puis de Tokyo (1964). Il avait également conscience de l’importance du sport sur le plan social et plus largement sociétal, ainsi que comme vecteur et facteur de reconnaissance internationale", poursuit Thierry Maudet.

Création de nouveaux équipements, ajout d’une dimension éducative…, l’établissement évolue et devient en 1975 l’Institut national du Sport et de l’Éducation physique (INSEP), fusions de l’INS et de l’ENSEPS.

Installé au cœur du Bois de Vincennes, il se développe alors constamment, et connaît un nouveau tournant en 2009, en devenant l’Institut national du Sport, de l’Expertise et de la Performance.

Assurer l’avenir professionnel des athlètes

"Le sport de haut niveau est très exigeant et parfois ingrat. Il est donc essentiel d’assurer la reconversion professionnelle des jeunes athlètes que nous formons" , note Thierry Maudet.

Sur les quelque 600 résidents de l’INSEP, près de 400 sont internes, dont 140 mineurs, les plus jeunes étant parfois âgés d’à peine 15 ans. Outre un accompagnement sportif et médical d’excellente qualité, l’INSEP assure donc également la formation de ces jeunes. Mais aussi des moins jeunes, en leur proposant des cursus qualifiants.

La difficulté majeure consiste à concilier les emplois du temps d’athlètes s’entraînant jusqu’à 38 heures par semaine et régulièrement amenés à partir à l’autre bout du monde pour leurs compétitions, avec la poursuite de ces études . "Nous nous adaptons aux particularités de chacun, ce qui représente un véritable défi organisationnel", explique Thierry Maudet. Le directeur de l’INSEP salue au passage le professionnalisme des professeurs qui interviennent dans son établissement, dont ceux des lycées vincennois Hector-Berlioz et Jean-Moulin.

Une rénovation complète de l’établissement

Avec ses 27 Pôles France, ses services de recherche, médical, de formation, mais aussi ses espaces de détente pour les sportifs, l’INSEP est aujourd’hui un établissement d’excellence observé par le monde entier.

"Quelques pays sont dotés de telles structures visant des objectifs voisins, comme l’Espagne ou l’Australie notamment, mais il est certain que nous possédons un outil de travail exceptionnel, en particulier en matière de double projet", se réjouit Thierry Maudet.

Afin de renforcer ce niveau d’excellence, l’établissement vit depuis 2007 une profonde mutation, d’abord par les travaux, pour un coût estimé à 230 millions d’euros. Rénovation des chambres, des salles de cours, des services médical et paramédical et des autres lieux de vie des athlètes au quotidien ; construction d’équipements sportifs : le complexe d’Oriola, le stade nautique Émile-Schoebel, les terrains synthétiques de hockey sur gazon et de football ; amélioration des bâtiments existants : le dojo, la salle de badminton et de basket-ball…

Tout un panel d’aménagements qui se poursuivront jusqu’en 2014, avec comme objectif de permettre à La Marseillaise de résonner encore plus régulièrement sur les podiums olympiques et paralympiques et lors des différentes compétitions internationales.

À deux pas de Vincennes, les futurs champions tricolores des J.O. de Londres sont en pleine préparation… MD

En chiffres

Sur 28 hectares, l’INSEP accueille 27 Pôles France, 630 sportifs et sportives de haut niveau, dont 400 internes, 150 cadres techniques sportifs. 21 des 41 médailles olympiques françaises en 2008 à Pékin (soit 51 %) ont été obtenus par des Insepiens. 32 formations y sont assurées par 52 enseignants et formateurs, avec 94 % de réussite pour les formations scolaires, 76 % pour les formations universitaires, et 75 % pour les formations professionnelles.

  • Générer en pdf
  • Haut de page

Sondage

DailyMotion DailyMotion