Protection phonique du RER A

La ligne A du RER a été mise en service en 1969 ; traversant la région parisienne d'Est en Ouest, c'est une des lignes les plus chargées au monde en trafic voyageurs (plus d'un train par minute aux heures de pointe). Entre Saint-Mandé et Fontenay-sous-Bois, le RER A circule à ciel ouvert, provoquant d'importantes nuisances sonores : pour y faire face, un programme en plusieurs phases a été défini.

Actualité : Financement des phases 2 & 3

Le conseil régional et le conseil général ont refusé jeudi 26 novembre 2009 la demande du maire de Vincennes de financer le projet de protection phonique contre les nuisances du RER A.

Laurent LAFON avait déposé un amendement en séance plénière du conseil régional au « contrat particulier » liant la Région Île-de-France et le département du Val-de-Marne afin de demander l'intégration des phases 2 et 3 du programme «anti-bruit» le long des voies du RER A à Saint-Mandé, Vincennes et Fontenay-sous-Bois.Cet amendement d'intérêt général a été rejeté, ce qui empêche le financement de l'opération. Le maire Laurent Lafon déplore "un coup dur et injustifiable" pour les riverains du RER A.
Télécharger la Lettre de Laurent Lafon aux riverains du RER A (pdf - 268,33 ko)

Un projet retenu au contrat de plan État-région

En vue de réduire les nuisances sonores, la RATP a élaboré un projet alliant écrans acoustiques, couverture des talus et couverture des aiguillages. Le coût de cette dernière opération a été estimé à plus de 20 millions € HT.

Sur l'insistance des communes, le dossier de la réduction des nuisances sonores du RER A à Vincennes, Saint-Mandé et Fontenay-sous-Bois a été retenu au contrat de plan État-région 2000-2006, suivant la clé de répartition des dépenses suivante :

  • Région (50 %)
  • Département (12,5 %)
  • communes (12,5 %, dont Vincennes 8,59 %)
  • et RATP (25 %).

3 jardins ont vu le jour

Les travaux de couverture des voies du RER se sont déroulés de début 2004 à mai 2006. Aujourd'hui, les zones de couverture sont achevées et trois jardins ont vu le jour à Vincennes à ces emplacements sur les trois zones concernées par une couverture complète, pour chacune sur une distance d'environ 100 mètres.

Les différentes phases du projet

La réalisation a été programmée de façon à traiter en priorité les zones les plus exposées aux nuisances

  • La première phase concernait la couverture totale de 3 zones d'appareillage de voies (aiguillages) sur 100 m de long environ : deux aiguillages sur la commune de Vincennes, et un aiguillage sur la commune de Fontenay, en bordure de Vincennes.
  • Une deuxième phase, dont les modalités restent à définir, doit être consacrée à la couverture partielle au-dessus des talus par élargissement des trottoirs (afin d'éviter la diffusion latérale des sons), et pose d'écrans lourds compatibles avec une couverture totale future.
  • La troisième phase consisterait en un traitement des zones peu enterrées avec des écrans acoustiques (là où la dénivellation est insuffisante pour couvrir les voies, soit à l'Est de la gare RER de Vincennes).

Première phase

La première phase de travaux, visant à couvrir les zones les plus bruyantes de la ligne, a été réalisée dans le cadre du contrat de plan que l'État et la Région ont signé le 18 mai 2000 , qui étendait aux infrastructures ferrées les actions contre les nuisances sonores qui existaient déjà en matière d'infrastructures routières.

Les couvertures sont constituées d'éléments préfabriqués (poteaux - poutres - dalles), reposant sur des files d'appui, poteaux, et murs de soutènement. Ces zones sont aménagées sous la forme d'espaces paysagers, et s'intègrent ainsi dans leur environnement urbain.

Les travaux n'ont entraîné aucune perturbation pour les voyageurs : le trafic a été intégralement maintenu. Chaque fois que possible, les techniques de construction et les matériels les moins bruyants ont été privilégiés ; les travaux les plus bruyants ont été effectués en majorité durant la journée.

Phases 2 et 3

En février 2007, au moment de l'adoption du contrat de plan État-Région, la poursuite du programme de réduction des nuisances sonores du RER A n'avait pu être inscrite dans ce document. Le maire Laurent Lafon avait alors obtenu en séance l'engagement public du président de la Région Île-de-France de permettre la réalisation des phases 2 et 3 du programme de réduction des nuisances sonores, en les finançant avec les collectivités concernées dans le cadre d'un contrat particulier avec le département du Val-de-Marne.

Cet engagement est aujourd'hui confirmé dans les faits. Lors de la commission permanente du 31 mai 2007, la Région a en voté le financement à hauteur de 50 % des études nécessaires aux phases 2 et 3 du programme de réduction des nuisances sonores provoquées par la circulation à ciel ouvert des rames à Vincennes, Fontenay-sous-Bois et Saint-Mandé. La décision obtenue à la Région va permettre d'envisager désormais la réalisation à terme des phases 2 et 3.

À l'initiative de la ville, une nouvelle étude précise sur les aménagements antibruit possibles a été financée , avec les deux villes riveraines et le conseil régional. Les conclusions de cette étude, rendue en septembre 2009, ont permis d'actualiser les données existantes et ont montré qu'il était possible de renforcer considérablement la protection phonique sur les tronçons concernés, par la pose d'écrans antibruit, la création de talus et la construction de couvertures partielles.

Si Vincennes est prête à cofinancer ce projet - qui implique aussi la participation de Saint-Mandé, Fontenay-sous- Bois, de la Région et du département -, son ampleur nécessite le soutien renouvelé de l'État et de la RATP, sollicités à cet effet par la Ville.

 

  • Générer en pdf
  • Haut de page

Sondage

DailyMotion DailyMotion