Laurent Lafon maire de Vincennes de 2002 à 2017 : quinze ans d’action au service de Vincennes

© Brooklyn Studio

Alors que Laurent Lafon vient de démissionner de son mandat de maire, suite à son élection au Sénat, le point sur quelques-unes des nombreuses actions initiées pendant les deux mandats et demi écoulés. Tour d’horizon, non exhaustif et thème par thème, de ce qui a changé à Vincennes depuis 2002…

Culture et tourisme

© Brooklyn Studio

En quelques années, Vincennes a assis sa réputation de capitale culturelle de l’Est parisien, avec plusieurs rendez-vous biennaux, à la fois prestigieux et populaires : Festival America  depuis 2002, festival de cinéma depuis 2006, festival de la photo amateur depuis 2015.

Les quelque 500 événements proposés chaque année par la Ville ou les associations ont bénéficié de l’évolution des équipements : le premier jalon en a été l’ouverture en 2003 de Coeur de ville, grand complexe culturel voulu pendant la mandature de Patrick Gérard, avec son auditorium, sa médiathèque – progressivement modernisée avec la technologie RFID, une riche plateforme de contenus en ligne… –, le conservatoire, la salle Robert-Louis pour les activités et réception…

La création de la Maison des associations en 2007 a également largement simplifié la vie événementielle locale. Les équipements culturels ont aussi poursuivi leur développement dans les quartiers, avec notamment l’ouverture en 2013, à l’ouest, de la bibliothèque Christine-de-Pisan.

Dans le domaine touristique, l’ouverture en 2012 d’un Office de tourisme  moderne face au Château a été emblématique du renouveau voulu par Laurent Lafon. Ce bâtiment exemplaire dans sa prise en compte des problématiques environnementales et d’accessibilité symbolise aussi les actions variées entreprises pour dynamiser cette activité intrinsèquement liée à l’identité vincennoise : développement d’animations en lien avec le Château (Toiles sous les étoiles depuis 2007, Opéra en plein air, Concerts…), obtention du label Ville d’art et d’histoire , mise en œuvre du "Pass’Vincennes"…

Sports

Inauguration des nouveaux terrains synthétiques au stade Léo-Lagrange, en septembre 2015 © Brooklyn Studio

Côté sportif, le Dôme , ouvert au Domaine du Bois en septembre 2011, a fait changer de dimensions les activités aquatiques à Vincennes.

En remplaçant l’ancienne piscine, il a aussi permis d’enclencher la restructuration du centre sportif Hector-Berlioz, qui a ouvert ses portes rénové à la rentrée 2013 : un bâtiment répondant désormais aux enjeux durables que s’était fixés la Ville (gestion de l’eau et de l’énergie, confort acoustique, visuel et olfactif, toiture végétalisée…).

Au Parc municipal des sports, la réhabilitation complète des terrains de football et de rugby, avec la création de terrains synthétiques facilitant les condition d’entraînement et de compétition , a également marqué les esprits. À l’Est, le plateau sportif Georges-Serre a fait l’objet d’une réfection complète, avec la création d’un nouveau gymnase couvert, ouvert en 2007.

Petite enfance, enfance, jeunesse

En matière d’équipements et de moyens mis en œuvre, le premier poste de dépenses depuis de nombreuses années reste la petite enfance , l’enfance et la jeunesse .

Inauguration du Carré, en septembre 2011 © Aurianne studio

Une évidence dans une ville titulaire du label "Ville amie des enfants" depuis 2008. Création du Relais d’Assistantes Maternelles , création de la crèche Liberté , transfert de la crèche Fernande-Sarrazin et de la halte-jeux du centre au sein de l’espace Pierre-Souweine , développement des crèches privées, d’entreprises et associatives… : plus de 200 berceaux supplémentaires ont été créés, et le quotidien des familles a été facilité avec par exemple le Forum des Modes de garde .

La rénovation et l’entretien continu des établissements scolaires, à travers un plan pluriannuel d’investissement, trouve également de nombreuses illustrations , depuis l’ouverture en 2003 du groupe scolaire Jean-Monnet : réfection complète des locaux scolaires et administratifs de l’école élémentaire Roland-Vernaudon, extension de la maternelle Nord avec la création de trois classes supplémentaires, réhabilitation complète des locaux de l’école maternelle de l’Ouest et création d’une nouveau centre de loisirs, rénovation de l’école Clément-Viénot.

Dernier événement en date, le lancement de la construction d’une école supplémentaire rue Mirabeau , en lieu et en place d’anciens locaux administratifs de l’État un temps squattés.

Parmi les autres nouveautés initiées ces dernières années par Laurent Lafon et l’équipe municipale, citons encore le soutien à la création de la Boîte à jouets en 2012, la mise en place de l’École des parents , l’extension du Quotient familial, l’introduction du bio dans les écoles (20 % depuis 2010), l’équipement systématique des écoles en matière de nouvelles technologies, les tableaux numériques interactifs, le permis Piéton et Vélo dans les écoles depuis 2010…

Évacuation de la Cité industrielle en juillet 2017 © Brooklyn Studio

Quant à la jeunesse, elle a pris toute sa place dans la ville autour du Carré , un lieu créé en 2011 rue de l’Égalité pour les 15-25 ans avec un Point Info Jeunesse, des animations culturelles telles que le Tremplin, un studio de répétition, les nouveaux locaux de la Mission locale pour l’Emploi… Le Conseil des Jeunes de Vincennes lancé dès 2006 en a fait son lieu de travail et a été à l’initiative de nombreuses actions jusqu’au lancement, par exemple, cette rentrée, du Pass Jeunes .

Autres équipements nouveaux créés à Vincennes : la première résidence étudiante dans le Domaine du Bois en 2008, puis deux autres résidences étudiantes à caractère social rue des Laitières et rue Renon en 2014, tandis que se poursuit la construction d’une résidence pour jeunes actifs rue Jean-Moulin. Enfin, l’évacuation cet été de la Cité industrielle après 12 ans de procédure ouvre la voie à la création tant attendue du futur lycée.

Seniors

Inauguration de la résidence Renon, en septembre 2013 © Aurianne studio

Toutes les générations ont été concernées par l’action municipale depuis 2002, et les investissements ont aussi été nombreux pour les seniors : développement des activités de prévention et des animations seniors, création d’un pôle gérontologique, renforcement de l’aide à la personne, développement du lien entre les générations avec la création du Conseil des seniors , ouverture d’une résidence seniors avec des logements destinés aux personnes âgées à revenus modestes à l’ouest de la ville, création en cours d’une nouvelle résidence pour personnes âgées sur le site de l’ancien centre de santé rapatrié dans l’espace Pierre-Souweine

Solidarité et santé

Sur ce dernier lieu, une importante opération d’optimisation et modernisation des espaces municipaux a en effet été lancée : avec d’abord la création en 2011 au 70 rue de Fontenay de la Maison des Solidarités, puis l’installation des activités de santé à cette même adresse.

Inauguration de l’Espace Pierre Souweine en février 2017 en présence de Mme Régine Souweine © Thierry Guillaume

C’est donc un pôle unique dédié à la santé et à la solidarité qui a vu le jour en 2016 et accueille par exemple, le SAMI, système de consultations médicales en partenariat avec l’Amicale des médecins mis en place à Vincennes au printemps 2002. Autre mesure bien connue en matière de santé, l’installation de défibrillateurs dans les différents lieux d’accueil du public de la ville.

L’attention portée au(x) handicap(s) a également pris une part importante dans l’action municipale depuis quinze ans : diagnostic d’accessibilité de l’ensemble des bâtiments municipaux, mise en accessibilité de tous les points d’arrêts du réseau bus, poursuite d’un Plan de mise en Accessibilité de la voirie et des aménagements des Espaces publics (PAVE), adopté en 2010, création de logements adaptés pour les personnes handicapées dans le parc social, ouverture du SESSAD pour l’accueil des enfants handicapés en milieu scolaire ouvert, mise en oeuvre de l’abattement de la Taxe d’Habitation pour les personnes handicapées… Autant de mesures qui se sont inscrites dans l’esprit des Plans Handicap adoptés en 2012 puis en 2017.

En matière de solidarité, outre les permanences , la Ville a accru les moyens qu’elle consacrait à l’aide d’urgence via le Centre communal d’action sociale et renforcé son dispositif de logements temporaires (logements-relais suite à incendies par exemple) et contribué de manière constante à la mission menée par Emmaüs dans le Bois de Vincennes. Une épicerie solidaire a été créée rue Defrance en 2015 .

Autre évolution importante de la politique sociale menée par la Ville depuis 2002, la construction de logements sociaux : 1 300 ont été créés entre 2002 et 2016, permettant de faire évoluer le taux vincennois de 5,6 à 10,7 % ; la municipalité sous l’impulsion de Laurent Lafon a aussi renforcé la lutte contre le logement indigne ou insalubre et la vacance via des Programmes Sociaux Thématiques (PST), mis en place un Programme Local de l’Habitat…

Au niveau international, la solidarité s’est aussi exprimée avec le projet de coopération décentralisée mené avec la ville de Gondar en Éthiopie.

Voirie, déplacements

Place Renon, inaugurée en septembre 2013 © Aurianne studio

S’il est un domaine souvent cité par les Vincennois pour caractériser les années écoulées, c’est bien celui de la voirie. Avec le Projet de ville initié en 2007 en effet, la municipalité a poursuivi trois objectifs : concilier embellissement et facilité de vivre la ville, mieux articuler les différents usages de la ville, et parvenir à un équilibre harmonieux entre les différents modes de circulation.

La place Diderot, inaugurée en 2012, la place Renon, en 2013, se sont inscrites dans cette logique, qui se poursuit dans le centre-ville où aucun investissement majeur n’avait ainsi été mené depuis plus de quarante ans. Un projet marqué par la place faite aux piétons, mais aussi par la végétalisation puisqu’à l’issue du projet davantage d’arbres et d’espaces verts seront présents dans le quartier.

De nombreuses autres voies ont aussi été rénovées : place de la Prévoyance, avenue du Petit Parc, Carrefour Defrance- Libération-Mowat, rue de la Paix, rues Leroyer et Crébillon, rue des Sabotiers, élargissement des trottoirs rue de Fontenay, obtention des travaux de la rue Defrance effectués par le Conseil départemental, les travaux du Comité de Pôle lancés sur le pont de la République, le projet de rénovation de la place Bérault en cours de concertation…

 Et à l’ouest, au sud, à l’est, plus de 50 % de la voirie a été mise en espace apaisé , avec la création d’un réseau de pistes et voies cyclables complété par le double sens cyclable, la multiplication des arceaux et parcs de stationnement pour deux-roues…

Outre la mise en œuvre du stationnement résidentiel en 2003, la question du stationnement automobile a été marquée par la mise en œuvre de la première heure gratuite dans les parkings souterrains et l’ouverture de deux parcs de plus 250 places chacun : parking Cœur de ville et parking du Marché, ainsi qu’à l’Ouest un parking résident de 72 places (Renon) et un parking de 82 places sous la résidence étudiante de la rue des Laitières.

La question des transports publics a aussi fait l’objet d’une attention importante : adhésion à Vélib’ puis à Autolib’, défense continue du prolongement de la ligne 1, modification de la circulation des bus avec la RATP et le STIF pour une desserte plus équilibrée du territoire….

Place de la nature en ville, développement durable

Jardins partagés sur les terrasses de Pompidou © Brooklyn Studio

Au-delà de la voirie et des transports, l’évolution de l’espace public a été rythmée par l’ouverture de nombreux nouveaux jardins publics : square Robert de Cotte (2004), jardin Cœur de ville, square Carnot (2006), jardins du Couchant, du Midi, du Levant sur les couvertures du RER (2008), jardin Exotique (2008), square des Combattants d’Afrique du Nord (2013), square des Laitières (2017).

Jardins partagés (sur les terrasses Pompidou, au square Saint-Louis et au jardin des Laitières), végétalisation de toitures (vestiaires au stade, espace Sorano – où ont été disposées des ruches –, école Roland-Vernaudon, maternelle du Nord, espace Pierre-Souweine), installation de 35 nichoirs, d’hôtels à insectes pour favoriser la biodiversité locale, passage au zéro phyto dans l’entretien des espaces verts municipaux, renforcement du fleurissement (avec l’obtention de la 3e fleur en 2009) : Vincennes a totalement renouvelé ces dernières années son rapport à la verdure.

Un exemple parmi bien d’autres de l’importance de l’adoption d’un Agenda 21 local – qui fut en 2009 le premier dans le Val-de-Marne, et a été renouvelé cette année.

En matière de propreté, le développement du compostage, de même que le développement des collectes ciblées (textiles, déchets verts, déchets de soin) et la mise en place des déchetteries mobiles en sont une autre illustration.

Urbanisme

Inauguration de l’Îlot Fontenay en juin 2017 © Aurianne studio

L’attention portée au patrimoine bâti de Vincennes a aussi été essentielle : adoption d’un Plan Local d’Urbanisme protégeant le patrimoine architectural de Vincennes tout en favorisant la création de logement social, mise en place d’une AVAP (aire de mise en valeur de l’architecture et du patrimoine), création de l’obligation de ravalement des façades et parallèlement d’aides au ravalement, nettoyage gratuit des tags, Opérations programmés d’amélioration de l’habitat…

L’îlot Fontenay incarne cette préoccupation et la ténacité nécessaire pour mener à bien de tels projets : il aura en effet fallu une dizaine d’années pour que les bâtiments dégradés laissent place à cet ensemble composé de logements
de qualité, dont un tiers de logements sociaux, de commerces, dont la librairie Millepages agrandie, et d’une placette publique au cœur de laquelle le chef étoilé Jacky Ribault ouvrira début 2018 un restaurant.

Attractivité du territoire

Le commerce et la vie économique, c’est également un axe d’action important pour la municipalité sur les années écoulées : création d’un règlement local de publicité (RLP) afin de préserver notre cadre de vie de tout affichage abusif ou sauvage, périmètre de sauvegarde du commerce a établi sur les principales artères commerciales de la ville, dans lequel un droit de préemption sur les fonds et les baux commerciaux a été mis en place en 2009, et, côté animations création du Village de Noël et de la patinoire.

Quant aux entreprises, la Ville a permis l’installation d’un espace de coworking rue des Laitières et a créé des petites surfaces dédiées à des petites entreprises vincennoises (ancien centre de secours rue de l’Église, étages supérieurs de l’espace Pierre-Souweine).

Sécurité

© Brooklyn Studio

La Ville a également investi en matière de sécurité, avec le développement de la vidéo-protection (43 caméras), et la création d’un Centre de surveillance urbain moderne pour la visualisation des images.

Des mesures ont aussi été prises afin de renforcer le rôle de police de proximité de la police municipale (extension des horaires de travail avec allongement des patrouilles du soir jusqu’à 23 h, de mai à septembre, renforcement des rondes  pédestres, en VTT et en scooter) et d’accroître ses effectifs.

Modernisation des services publics et démocratie locale

Nouvel accueil de l’Hôtel de ville depuis septembre 2013 © Aurianne studio

Toutes ces mesures et ces évolutions trouvent d’abord leur sens dans le service rendu aux citoyens : ces dernières années ont vu le développement de services en ligne  accessibles 24h sur 24, la mise en œuvre du compte citoyen unique, et la rénovation complète des espaces et procédures à l’hôtel de ville pour un accueil unifié et simplifié qui a remporté plusieurs prix dans ce domaine.

La relations avec les citoyens, c’est aussi la création de comités consultatifs (relations internationales, tourisme, handicap, santé, Conseil des seniors), la nomination d’élus de quartier et la tenue de Rencontres de Quartier et d’ateliers, la  transparence avec un Comité local des ondes électromagnétiques ouvert aux associations d’usagers ou avec l’attribution publique des places en crèche, et la concertation avec les habitants pour tous les grands projets (îlot Fontenay, Projet de ville, Agenda 21, zones 30, pistes cyclables…).

Dans le même temps, Vincennes, d’abord membre actif de l’association des collectivités territoriales de l’Est parisien, s’est investie dans le travail intercommunal en étant l’une des premières communes à rejoindre Paris Métropole , et a mis en œuvre avec notamment Saint-Mandé, avant même la création de la Métropole et de ses territoires, des solutions de mutualisation des dépenses.

Finances

Menés durant quinze ans, ces projets nombreux qui ont modifié le visage de la ville ont été possibles à une condition : une fiscalité modérée, avec des taxes locales inférieures à la moyenne régionale, et des finances publiques saines – un taux d’endettement faible et un taux d’autofinancement élevé.

Des données soulignées à deux reprises par la Chambre régionale des Comptes dans ses rapports de 2006 et de 2016.

C’est dans ce même esprit que continuera à travailler la municipalité, a indiqué Laurent Lafon à la veille de sa démission. Plus dynamique, plus attractive, notre ville a pris un nouvel élan tout en conservant son âme, grâce à la confiance que nous font les Vincennois. Qu’il me soit permis, tout simplement, de les en remercier.

Les autres actualités de la rubrique :

Toute l'actualité

Votre avis :
(Moyenne : 2.7500 ; Nombre de votants : 4)
  • Générer en pdf
  • Haut de page

Sondage

DailyMotion DailyMotion