Projet de ville : les travaux en cours

La 3e phase du Projet de ville se poursuit dans un lieu important pour Vincennes et pour les Vincennois : le cours Marigny, qui retrouvera à l’issue des travaux sa vocation d’espace vert fleuri et arboré et de lieu de promenade. Les travaux doivent durer jusqu'au printemps 2018.

Les travaux en cours

Les travaux se déroulent du lundi au vendredi de 7h à 19h.

Propriété de la Ville de Paris sur le territoire vincennois, le cours Marigny a fait l’objet d’une convention entre les deux villes en vue de son embellissement. La Ville de Paris, consciente de l’urgence à rénover cet espace vert vieillissant, a partagé le souhait de la municipalité de donner une nouvelle dynamique à ce lieu.

Entamée en mars, la rénovation du cours Marigny dans le cadre du projet de ville se poursuit :

  • côté impair (voie ouest du cours) : dans un premier temps, travaux sur la section située entre la rue du Midi et la rue Lejemptel
    • circulation et stationnement interdits côté impair du cours Marigny entre la rue du Midi et la rue Lejemptel (y compris le carrefour avec cette dernière)
    • depuis la rue du Midi, une déviation est mise en place via la voie transversale bordant l’esplanade de l’hôtel de ville, qui change donc de sens et doit, le temps des travaux, être empruntée dans le sens ouest-est, de la rue du Midi vers la rue de Condé-sur-Noireau
    • rue Lejemptel : circulation réservée aux riverains dans les deux sens entre la rue Raymond-du-Temple et le cours Marigny
    • dans la transversale située au niveau de la rue d’Idalie : inversion du sens de circulation (est-ouest)   ; le cours Marigny formera également une impasse au nord de cette voie transversale jusqu’à la rue Lejemptel.
  • À l’issue de cette nouvelle phase, courant décembre, les travaux se poursuivront au sud de la rue Lejemptel jusqu’à l’avenue de Paris.
  • espaces centraux : les plantations auront lieu aux mois de novembre / décembre, saison la plus favorable à cette opération

À l’issue du projet, la partie centrale du cours comptera 50 % d’espaces végétalisés en plus, 34 arbres de plus qu’actuellement, des bancs, bosquets, tables arbustives, tapis de vivaces, brumisateurs, un éclairage adapté et moins énergivore, des bandes cyclables sur la chaussée et des trottoirs praticables.

Ce chantier bénéficie d'une subvention de 500.000 euros de la Métropole du Grand Paris 

 

Renseignements au 0 805 05 94 00
(appel gratuit depuis un poste fixe, du lundi au vendredi de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h).

Pendant toute la durée du chantier, du matériel est stocké cours Marigny, au nord-est, le long de l’espace où est située la statue du Général Daumesnil, et c’est finalement également dans ce secteur qu’est installée la base logistique du chantier.

Projet de ville : Le cours Marigny - cliquez pour voir en grand

Projet de ville : La piste cyclable - cliquez pour voir en grand

 

Cours Marigny : un espace de promenade continu entre la mairie et le château - cliquez pour voir en grand

© DR

Insolite : un puits place Pierre-Sémard
Dans le cadre de travaux Projet de ville de la place Pierre-Sémard, les ouvriers du chantier découvraient en juin 2014 un très beau puits maçonné de 14 mètres de profondeur à l’angle Montreuil-Aubert.

"Nous n’avons trouvé aucune trace de l’existence de ce puits au service des Archives, soulignait Laurent Lafon. J’ai toutefois demandé d’intégrer cet ouvrage, découvert à proximité de l’arbre de la Liberté, dans l’aménagement de la nouvelle place."

© Thierry Guillaume

C’est chose faite. Le puits est à nouveau visible, recouvert d’une dalle vitrée pour la plus grande curiosité des nombreux passants sur cette place.

Pourquoi a-t-on abattu des arbres cours Marigny ? Seront-ils remplacés ?
Bien entendu, tous les arbres seront remplacés ; ceux qui ont été abattus dès cette semaine, avec l'installation du chantier, avaient de toute façon vocation à l'être. Ces arbres d'alignement du Cours Marigny étaient devenus dangereux à cause de la présence d'un champignon, le Phellin tacheté (phellinus punctatus). Les mycéliums de ce champignon attaquent la structure interne, si bien que si n'est pas visible à l'œil nu ; mais on peut observer facilement ce phénomène une fois l'arbre coupé. Ces attaques parasitaires peuvent entraîner des chutes de  branches ou d'arbre complet  à tout moment de l'année.
À noter, les arbres malades abattus les années précédentes cours Marigny et qui n'ont pas encore été remplacés le seront aussi dans le cadre du Projet de ville
Depuis 2006, la Ville n'a pas cessé de développer ses espaces verts, la végétalisation des toitures, et a mis en place de nombreux hôtels à insectes et nichoirs à oiseaux dans le cadre d'une attention constante portée à la biodiversité. Quant au cours Marigny, il a bien sûr vocation dans le cadre des travaux à rester un espace vert.

Des vitesses de circulation limitées en centre-ville :

  • Avenue du Château vitesse limitée à 30 km/h ;
  • Rue du Midi, rue de l’Église et rue Raymond-du-Temple : vitesse limitée à 20 km/h

À noter : Le double-sens cyclable permet aux cyclistes d’emprunter dans les deux sens une voie où les automobilistes circulent pour leur part en sens unique. Bien que généralisé en France depuis 2010, par manque d’habitude, les automobilistes n’ont pas le réflexe de regarder de chaque côté, tout comme certains piétons. La prudence et la courtoisie restent donc de mise !

Ailleurs dans la ville

Réaménagement du secteur de la place Bérault

Une concertation a été initiée en 2016 en vue du réaménagement du secteur de la place Bérault.

Cette opération est programmée pour 2018, ces travaux ne pouvant être menés en même temps que le réaménagement du pont de la République .

La rénovation de la place Bérault et de ses abords permettra d’améliorer la circulation sur l’avenue de la République et la desserte de la gare RER de Vincennes, ainsi bien sûr que la vie du quartier.

Haut de page

Pour se tenir informé

Pour se tenir informé sur les travaux en cours, vous pouvez aussi

Vous pouvez également appeler le numéro vert Projet de ville pour toutes questions urgentes concernant les travaux :
 le 0805 05 94 00

Enfin sont à votre disposition les lettres info travaux distribuées suivant l’actualité du chantier.

Haut de page

Stationnement : ne tournez pas en rond pendant les travaux !

  • Parking souterrains : 1 heure gratuite dans les 3 parkings du centre-ville (600 places)

Le Conseil municipal, lors de sa séance du 27 avril 2011, a approuvé une modification de tarif instaurant une première heure gratuite, suivie d’une deuxième heure à un coût modéré (1,60 €).

Ces tarifs sont valables dans les parkings :

L'heure gratuite est cumulable avec l'heure de stationnement offerte par les commerçants  du Centre-ville adhérents de l'association Lacomidi

Pour pallier ce déficit, environ 75 places de stationnement sont mises en place cours Marigny (voir sur le plan  ), ce qui nécessite la fermeture temporaire des bandes cyclables.

Le projet de ville a été conçu avec le souci de préserver l’offre globale de stationnement.
À l'issue des travaux, des places en surface seront supprimées. Le projet prévoit cependant des places "dépose-minute" rue du Midi, rue Raymond-du-Temple ainsi que rue Robert-Giraudineau afin de permettre aux automobilistes de laisser un passager, charger ses courses etc.
Quant au stationnement souterrain, avec le parking qui doit voir le jour dans la cadre des futurs travaux de l’îlot Fontenay, et dont la capacité a été portée à 255 places, le nombre de places de stationnement disponibles en sous-sol dans le centre de Vincennes sera de près de 1 500 !

Haut de page

Le Projet de ville porte sur trois quartiers distincts de Vincennes

  • le quartier Renon , à l’ouest (travaux terminés à l'été 2013)
  • le quartier  Diderot , à l’est (travaux terminés à l'été 2012)
  • le Centre-ville (travaux commencés en mai 2011)

Le Projet de ville, issu de plus de quatre ans de concertation, a pour objectif le réaménagement et l'embellissement de trois quartiers : Centre-ville, Diderot et Renon.
En savoir plus...

Pour rester informés sur les travaux du projet de ville, plusieurs moyens sont mis à votre disposition. En savoir plus...

Centre-ville

Voir le détail des travaux en cours

Les matériaux
Ce chantier de 68 000 m² au total est l’un des plus importants actuellement en France, notamment en raison de la très grande surface traitée en pierre calcaire (55 % de la surface totale du projet global dont 97 % provient de France – Bourgogne et Lozère – et 3 % de Belgique). Certaines pierres proviennent aussi d’Inde (22 %), choisies comme dans de nombreux réaménagements du même type pour leurs caractéristiques techniques qui en font les plus adaptées pour la réfection des chaussées. L’entreprise chargée de ce lot respecte toutes les normes en vigueur et notamment le marquage CE attestant de la conformité des marchandises, et impose également une charte des droits sociaux fondamentaux à tous les partenaires de sa filière production et de sa filière d’importation, dans un souci d’éthique, de déontologie et de respect des principes universels des droits de l’homme, selon les critères de l’Organisation mondiale du travail, tel que demandé dans le cahier des charges qui a servi à la consultation de marchés publics.

Quartier Renon

Troisième secteur concerné par le projet de ville, après la place Diderot à l’est et le centre-ville, le quartier Renon a terminé sa mue à l'automne 2013.

© PY Jan Aurianne studio

La rue Eugène-Blot, la rue Massue, la rue des Laitières, la rue et la place Renon ont été réaménagées. La rue Renon a été rendue aux riverains, dans son sens de circulation définitif, nord-sud ; la partie nord de la rue, longeant la place, est quant à elle fermée à la circulation, sauf pendant les heures de pointe le matin, où elle est zone de rencontre (vitesse limitée à 20 km/h).

Les sols de granit clair dans le mail Renon, des plantations amplifiées rue Renon et rue Massue, les bancs et le mobilier urbain donnent un tout autre visage à la place, qui a bien sûr conservé ses arbres emblématiques.

Si hélas on a pu noter que leurs branches basses donnaient parfois de mauvaises idées à certains, et si des éléments dissuasifs pour la pratique du skate ont dû être ajoutés sur le mobilier urbain, la nouvelle place, jointe à l’îlot résidentiel, a déjà trouvé son rôle de lieu de vie dans le quartier. D’autant qu’à proximité, de nouveaux équipements ont vu le jour.

Le Projet de ville, issu de plus de quatre ans de concertation, a pour objectif le réaménagement et l'embellissement de trois quartiers : Centre-ville, Diderot et Renon.
En savoir plus...

Pour rester informés sur les travaux du projet de ville, plusieurs moyens sont mis à votre disposition. En savoir plus...

Place Diderot

Le deuxième quartier concerné par le Projet de ville a été la place Diderot , dont les travaux ont été achevés à l'été 2012.

Les autres actualités de la rubrique :

Toute l'actualité

Commentaire(s)

Une bien triste histoire
Réponse à la ville de Vincennes et aux internautes :
1/ Oui ce sont des internautes qui évoquent les grincheux, râleurs, aigris
2/ Sauf erreur de ma part, mais les latinistes me reprendront, La locution latine aurait été de dire argumentum ad hominem et non « ad nominem »
3/ A tous, ne vous méprenez pas, le rouleau compresseur est bien en marche monde entier pour des villes plus aseptisées, des tours, des immeubles, du béton (voire du pavé), mais les élus /urbanistes/architectes, tous identiquement modelés, auront quelques sursauts écolos en prenant le soin de faire des jardins suspendus entre 2 tours , des murs végétalisés (qui coutent une fortune en entretien), des brumisateurs (ben oui, comme il n’y aura plus d’ombre), des villes scintillantes sous projecteurs (tiens pourquoi 4 luminaires / sports différents devant l’esplanade de la Mairie ??). Des immeubles tous bien identiques (à l’exception de quelques uns sortis de la tête de je ne sais quel architecte qui a pensé refaire l’immeuble Pierre Souweine, rue de Fontenay façon radiateur nid d’abeilles), et surtout plus ces pavillons d’autrefois qui risquent de faire tache dans cette ville nouvelle. Alors allez y, lâchez vous, bétonnez le bois de Vincennes – des plages sont en préparation – rasez les arbres (c’est vrai quoi, une racine ca fait beurk !), plus de rats (il parait que certains étaient dérangés par des rats au Cours Marigny (il y a pourtant plus de risque à glisser sur les trottoirs de la rue du Midi que de se faire mordre un orteil par un rat), mettez les animaux en cage (beurk le cri d’une oie bernache ou d’un coq, mais vive le bruit des pavés), et restez bien sages, ne vous inquiétiez pas, on pense pour vous à une belle ville flambant neuf, sans rien qui traine, une nature en pot. Bonzaïs ne désespérez pas, l’avenir est à vous, petit poisson rouge, ne t‘inquiète pas, tu auras un bocal carré (on ne fait plus de rond, mais des cubes) avec une algue en plastique autour de la quelle tu pourras tourner. Et tant pis si cela crée des inondations, on paiera des auditeurs / des gestionnaires de crise pour régler tout cela.
Une râleuse mais non aigrie.

Bernard Marie Noelle :

le 10-11-2017 à 07:21:59

Ville de Vincennes :

Sur la locution latine, vous avez tout à fait raison, de même que sur la possibilité de proposer des aquariums rectangulaires aux poissons rouges.
Pour le reste, bien évidemment, nous continuerons à répondre avec sérieux lorsque des questions sérieuses sont posées.

La mairie va régler une amende de 835000€ pour manque de logements sociaux
La politique de mise en emplacements réservés de plus de 150 propriétaires depuis 2007 est contre productive en réponse à la pénurie de logements sociaux puisque la ville va devoir régler une amende de 835 000€ en 2018.
Quand est ce que la ville dont la gestion budgétaire est souvent qualifiée d'efficace va t-elle se doter d'une vraie stratégie en matière de logement social ?

Dans l'attente merci de répondre à la question suivante :

Pouvez vous communiquer l'état exhaustif des procédures judiciaires engagées contre ou en faveur de la ville et l'évolution de leur nombre depuis 10 ans ? (la première partie de la question posée par Mme Hauchemaille lors du conseil municipal du 27/09 n'ayant pas trouvé réponse en séance)

Merci

benoit christine :

le 10-11-2017 à 06:04:13

Ville de Vincennes :

C'est faux. La démocratie exige de la précision, et le débat public n'est pas possible lorsqu'il se base sur la valorisation de contre-vérités. Ce chiffre que vous avez sans doute relevé dans la presse ces jours-ci correspond à l'amende brute à laquelle la Ville serait astreinte si elle n'investissait pas largement plus pour la construction de logements sociaux. Et en l'état, son amende nette pour non respect des 25 % SRU est de 0 euros.
Les emplacements réservés, au nombre d'une quarantaine, sont un outil indispensable dans ce cadre mais il est bien évident qu'il n'est pas suffisant, et la stratégie de la ville, que vous combattez par ailleurs, comprend l'ensemble des outils juridiques disponibles pour répondre à cet objectif : opérations programmées d’amélioration de l’habitat, programmes sociaux thématiques, convention de portage foncier avec l’Établissement Public Foncier d’Ile-de-France (EPFIF), droit de préemption renforcé donnant priorité à la Ville d’acquérir le bien mis en vente, garanties d’emprunt accordées par la Ville aux différents bailleurs sociaux sur certains montages financiers qui sans cela ne pourraient voir le jour, Programme Local de l’Habitat…
Comme cela a déjà été indiqué à plusieurs reprises en Conseil municipal : sur 43 emplacements réservés dans la version sortante du PLU, 23 ont donné lieu à des acquisitions, que ce soit par la Ville ou par un acteur du marché. Elles ont permis de créer 474 logements sociaux : 235 logements achevés, 210 logements en cours de construction, et 29 logements réhabilités ou en cours de réhabilitation. 41 autres logements ont fait l’objet d’un permis dont les travaux n'ont pas encore commencé. En termes de logements achevés, les logements créés grâce aux emplacements réservés représentent près du quart de la progression de Vincennes ces dernières années : et ils ont vu le jour après l’acquisition des parcelles concernées au prix du marché, sans porter préjudice à la valeur estimée des biens des propriétaires. Sans ces emplacements réservés, la Ville aurait certainement dû payer la pénalité SRU et prendrait le risque de se voir retirer sa compétence en matière de permis de construire au bénéfice du préfet.

Quant aux procédures en cours, la réponse a bien été faite en Conseil municipal. En matière d'urbanisme, l’une, émanant de plusieurs propriétaires, concerne classiquement le PLU et les emplacements réservés, comme vous ne pouvez l'ignorer. Une autre concerne l’utilité publique et l’arrêté de cessibilité du préfet sur l’expropriation de l’impasse Lenain. D’autres encore contestent des permis de construire sur des projets privés (4), des injonctions de ravaler (2), etc.

De la com aux réalités.
Il y a un temps pour la com, il y a un temps pour la réalité.
Les Vincennois ont des yeux, des oreilles: ils constatent, ils comparent. Il se dit même qu'ils n'ont pas la fibre courtisane. Et qu'ils ne vivent pas dans un monde virtuel. Beaucoup ont le mauvais goût de ne pas aimer le caillou.

A notre futur maire : RENDEZ A VINCENNES SON VISAGE HUMAIN.
Replantez, de grâce, partout où ce sera encore possible, de vraies belles essences en pleine terre, pour nous rendre un à un tous les grands arbres saccagés. (De vilains luminaires, des perches de videosurveillance, des panneaux de photos ne consoleront pas les habitants de la destruction obstinée qui a été faite contre leur avis de leur patrimoine vert).
La tâche est grande.
Maintenant , on va travailler à MIEUX RESPIRER ? A retrouver une ville de cachet ? Et la qualité de vie que chacun avait ici choisie ?

Leroy-Bédier Marie-Laure :

le 09-11-2017 à 21:54:47

Ville de Vincennes :

Bonjour, comme cela vous a déjà été répondu sur cette page, il y aura 164 arbres (85 magnolias + 78 Lagerstroemia indica + 1 pin sylvestre) pour remplacer les 124 arbres d’alignement du cours Marigny. Le choix des magnolias a été fondé sur les critères de robustesse, de résistance aux maladie et l'aspect ornemental de l'essence. Nous avons aussi évité les essences allergènes. Cet arbre est peu avide en eau, non allergène et supporte tous les sols. Il  n'a aucune maladie ni  parasite qui l'attaque et son intérêt ornemental est fortement appréciable. Un autre atout est le fait que ses racines ne seront pas dans l'avenir destructrices des voiries et des trottoirs comme ce fut le cas avec les robiniers et gledischia. Ces arbres peuvent atteindre les 10 mètres de haut. Le cours Marigny gagnera 50 % d'espaces verts par rapport à la surface verte précédente, compte tenu de l'emprise qu'avaient les chemins en enrobé rose et l'ancien bassin.
Par ailleurs, contrairement à ce que sous-entend votre commentaire ("replantez de vraies belles essences en pleine terre"), la ville ne remplace pas des arbres de pleine terre par des arbustes en pots. Les pots ne sont disposés que là où il n'est pas possible de planter (réseaux, parking ou tunel du RER affleurants...), dans des endroits où il n'y avait pas d'arbres auparavant.

Merci M. lafon pour votre gestion admirable
M. Lafon, parlons gestion,

A la veille de quitter votre poste à la mairie de Vincennes, je voudrais vous faire part de mon opinion sur votre gestion des finances municipales.
Vous prétendez, de part votre formation, être un gestionnaire hors-pair.
Cependant deux investissements parmi les plus importants de ces dernières années méritent d’être révélés à l’ensemble des vincennois.

• Le centre aquatique du domaine du bois de la ville de Vincennes.
Cet investissement a fait l’objet d’un Partenariat Public Privé (P.P.P.).
Un bail Emphytéotique a été signé le 25 mars 2009 avec la société Genecomi.
- Le montant total du contrat est de 45 millions d’euros.
- Le montant de l’investissement est de 18 millions d’euros.
- La durée du remboursement est de 27 ans et 2 mois et le loyer annuel est de
1.6 millions d’euros, soit un remboursement total de 43.46 millions d’euros.
On sait que ce genre de financement par P.P.P est une véritable arnaque et que le montant total de l’investissement est de 2 à 2,5 fois supérieur au coût réel d’un financement effectué sur des fonds propres, et que les finances publiques sont hypothéquées pendant plus de 27 ans à hauteur de 1,6 million d’euros par an.
La commune aurait pu financer elle, même cet investissement d’un coût réel d’environ 20 à 25 millions d’euros. Si elle ne l’a pas fait, c’est qu’elle avait un projet grandiose : la rénovation du centre ville

• La rénovation du centre ville
Ce projet de rénovation du centre-ville a été financé entièrement sur les fonds propres de la ville.
Les travaux ont débutés en 2011 et se poursuivront jusqu’en 2018.
Dans sa tribune parue dans Vincennes Infos au mois de décembre 2016, le parti socialiste écrit sur les 4 pages consacrées au projet de rénovation du centre ville, présenté par M. Lafon aux conseillers municipaux.
« Aucun chiffrage aucune ventilation des coûts entre les quartiers de notre ville. Aussi avons-nous calculer nous même à partir des budgets : entre 2011 et 2016, le coût du projet approche les 30 millions d’euros , dont la part du lion pour le centre-ville »
Si on ajoute les travaux du Cours Marigny ainsi que des travaux effectués dans d’autres quartiers de Vincennes, il faut ajouter environ 10 millions d’euros.
On arrive ainsi au chiffre total de 40 millions d’euros, chiffre bien supérieur au financement du centre nautique sur des fonds propres
Il va sans dire que cet investissement colossal se fait au détriment de tous les autres investissements, dont le social en premier lieu. Depuis que M. Lafon dirige la commune de Vincennes le nombre de places de crèche par habitant n’a cessé de baisser.
Quand aux résultats de ces travaux du centre-ville, il n’y a qu’à lire les remarques faites sur ce site.
- Chaussée très bruyantes car déjà déformée par des pavés non jointés. Les plaintes des riverains ne sont pas écoutés.
- Embouteillages incessants, car il n’existe aucunes places de livraison et que l’étroitesse de la chaussée de la rue du château, rend le croisement des camions et des autobus problématique. Les autobus doivent serrer au plus près les trottoirs et leurs rétroviseurs peuvent toucher les piétons sur les trottoirs.
- Trottoirs en marbre de Bourgogne très glissants et très salissants,. Il faut déplorer de nombreuses chutes.
- Places du RER et de la Mairie à l’aspect glacial car entièrement carrelées, sans rien qui puisse rompre l’uniformité de ces lieux.
- Plantations sinistres aux abords de la mairie et de l’église qui ressemblent plus à des friches incultes qu’a des massifs de fleurs.....

A l’heure de prendre vos nouvelles responsabilités qui étaient l’essentiel de vos motivations pendant vos deux mandats, je vous félicite, M. Lafon pour votre gestion admirable des finances communales.

BOURZAT Jean-Dominique :

le 09-11-2017 à 11:09:55

Ville de Vincennes :

Bonjour, au-delà des opinions émises ad nominem de votre commentaire, quelques éléments d'information :

- concernant le Dôme, si la ville avait construit l'ouvrage elle aurait dû prendre en charge le remboursement des emprunts et   le coût de fonctionnement pendant la durée du bail. Un bail emphytéotique ne comprend en effet pas que la construction de l'ouvrage mais aussi la maintenance et le fonctionnement de l'ouvrage pendant toute sa durée. Avec un PPP, le charge est lissée sur la durée et ne pèse ainsi pas sur les impôts des Vincennois.
- les coûts des travaux du Projet de ville sont annoncés chaque année dans le budget municipal et dans l'article de Vincennes info qui lui est consacré, et la Ville n'a jamais caché qu'il s'agissait d'un programme d'investissement ambitieux, qu'elle a pu mener à bien tout en respectant sa politique de modérations fiscale. Pour mémoire, les taux votés par la Ville sont inchangés depuis 3 ans.

Concernant l'objet même de cette page, les travaux du projet de ville, quelques réponses pour faire suite à vos remarques :
- le calcaire comblanchien utilisé n'est pas du marbre,
- les chutes existent évidemment mais leur nombre n'est pas particulièrement plus important qu'auparavant sur l'enrobé ;
- la largeur de l'avenue du Château a été validée par la RATP et les bus s'y croisent depuis maintenant 6 ans ; des places de livraisons ont été ajoutées et la vidéoverbalisation mise en place pour lutter contre l'incivisme : la situation était comparable lorsque les automobilistes stationnaient en double-file avant les travaux, et le taux de retard des bus de la RATP était du même ordre avant les travaux.
-  la place de la mairie a toujours été entièrement pavée il est impossible d'y planter quoi que ce soit en raison de la présence de la voûte du parking de l'hôtel de ville ; la place de la végétation Pierre-Sémard a effectivement été repensée pour développer une agora, mais elle y est en réalité plus nombreuse qu'avant, et permet à la place d'accueillir régulièrement des expositions et animations ;
- les pavés ont été jointés et bien sûr les joints se dégradent à l'usage ; un re-jointoiement aura bien sûr lieu ;
- sur l'esthétique du square de Frères-Hautière, nous avons bien pris note de votre avis ; il est prévu de colorer davantage en termes de fleurissement ces massifs, mais en termes de goûts et de couleurs, le propre des avis est d'être diversifié.

Mise au point
bonjour, plusieurs commentaires mettant en cause la modération du site, il est important de rappeler que les adjectifs "rageux", "aigri", "grincheux" utilisés par les internautes qui commentent cette page font référence à l'un des commentaires postés sur cette même page et qu'en aucun cas la Ville de Vincennes - qui essaye d'apporter des réponses aux commentaires quand ils le nécessitent - n'a utilisé de tels termes.
Sur le fond, chacun constatera de facto que cette page peut être librement commentée, dans la plus pure tradition vincennoise d'esprit de concertation et de démocratie locale dans laquelle le dialogue est ouvert.

Ville de Vincennes :

le 08-11-2017 à 16:44:55
Message d'une "rageuse, grincheuse"!!
Qu'il est dommage que l'on ne puisse s'exprimer sans être aussitôt traité d'aigri, grincheux et rageur.. En 17 ans de vie à Vincennes, je confirme les avis précédents des 'grincheux", Vincennes a perdu son âme. C'est une ville nouvelle qui va ressembler à Marne la Vallée : toujours plus densifiée, plus bétonnée, moins d'arbres. Mais soyez objectifs : ce que notre municipalité appelle des espaces apaisés, sont des concentrations d'embouteillages sans fin, avec des pics de pollution. Que l'on ne me dise pas qu'il y a plus de voitures qu'il y a 15 ans, c'est faux, mais le plan de circulation est totalement aberrant, rendant les anciens quartiers paisibles en quartiers bruyants, une place du RER sinistre, un cours Marigny stalinien, des arbres arrachés comme rue Condé sur Noireau , cours Marigny, rue de Fontenay, des pavés bruyants. Ne parlons pas des luminaires, genre coton tige ou cuillères inversées à la place de nos belles lanternes. Qu'il faille des travaux, oui quand il le faut, mais cela peut se faire sans dommage aux arbres. Sans compter la volonté de faire disparaître les pavillons au profit de promotion immobilière. Alors oui je préfère le Vincennes d'avant, celui qui avait ce caractère provincial. Pourquoi faut il toujours tout casser, faire du neuf quand l'ancien a fait ses preuves, ennuyer les riverains par du bruit constant dû à la pose de pavés et aux embouteillages incessants. Renseignez vous, allez sur les sites de Vincennes Danger Expro, Riverains 94300 et Qualité de la Vie, pour connaitre les vrais problèmes avant de traiter les riverains de grincheux, ceux à qui l'on a jamais demandé l'avis, puisque aucune concertation digne de ce nom n' a lieu contrairement à ce qu'affirme notre municipalité. Quand une association ose demander des comptes, on lui refuse un stand à la journée des associations. Une démocratie bafouée, voila à ce jour le vrai visage de Vincennes, une ville ou la nature n'a plus sa place et où les habitants n'ont pas leur mot à dire.

Bernard Marie Noelle :

le 08-11-2017 à 15:35:07
Encore un "rageux, aigri, grincheux"
Bonjour,
J'étais un citoyen docile, papa de deux enfants, contribuable et électeur qui ne pose aucun problème à notre administrateur bienveillant jusqu'au jour où il nous a imposé des travaux et a dévié des lignes de bus dans notre rue sans même nous en informer, en détruisant notre cadre de vie et en soumettant mes enfants à des nuisances sonores inacceptables.
M. Lafon a refusé de nous recevoir, il a reporté a deux reprises notre rendez-vous et n'est pas venu la troisième fois en prétextant avoir des choses plus importantes à faire.
Oui, j'ai râlé, oui je suis devenu "rageux, aigri, grincheux" car, au fond, mon administrateur qui occupait la place de maire grâce à mon vote et à mes impôts, est devenu mon ennemi. Mais suite au mécontentement légitime des riverains nous avons pu obtenir SANS AUCUNE AIDE DE LA PART DE LA MAIRIE ET EN DISCUTANT DIRECTEMENT AVEC LE STIF des bus hybrides et le nombre de lignes de bus dans le quartier est passé de 3 à 1.
Alors, moquez-vous toujours des citoyens mais vous finirez aussi par subir quelques moqueries aux prochaines élections.

Quant au site et autres magazine, lettres, affiches etc, ça fait un bel outil de propagande payé encore une fois par le contribuable que je suis afin qu'on puisse me traiter en toute impunité de "rageux, aigri, grincheux".
Elle est belle la démocratie à Vincennes!

Alexander :

le 08-11-2017 à 11:16:00
Message d'un "rageux, aigri, grincheux"!!
Se voir traiter de "rageux, aigri ou grincheux"dès que l'on ose émettre une remarque sur la rénovation du centre ville n'est pas étonnant car cela correspond assez bien au contrôle de la parole citoyenne que la municipalité entend exercer. Est-on un aigri lorsqu'on se plaint que les pavés sont nettement plus bruyants que i'enrobé antérieur? Est-on un grincheux lorsqu'on déplore que les très beaux anciens lampadaires n'aient pas été rénovés ou remplacés à l'identique comme dans de nombreux quartiers de Paris? Est-on un rageux lorsqu'on regrette que le cours Marigny soit transformé en une grande esplanade herbeuse, géométrique et minérale? A-t-on le droit d'exprimer un avis à Vincennes sur tous ces sujets? Il semble que pour certains ces prises de parole soient le fait d'une dizaine "d'aigris, de rageux et de grincheux"!!! Et non!!! A Vincennes depuis 35 ans j'ai vu notre qualité de vie se détériorer lentement et Vincennes se transformer en un espace froid, minéral (Cf places Pierre Sémard et Diderot) et la municipalité rester sourde à toutes nos démarches, celles de nombreuses associations et collectifs de Vincennes...alors oui nous sommes un très grand nombre de grincheux, d'aigris et de rageux qui se désolent de voir notre ville être progressivement défigurée!!! Signé "un grincheux"

Benoit Chris :

le 06-11-2017 à 09:58:53
bravo
Il n'y a ici que des grincheux. C'est hallucinant le nombre de commentaires négatifs, de gens aigris qui pinaillent pour ceci ou cela. Dire que le cours marigny a été saccagé c'est grotesque. Il était dans un état lamentable, on aurait dit un parc a l'abandon a la soviétique. Le projet actuel est top. J'ai un regret: les anciens réverbères avaient beaucoup plus d'allure je n'aime pas les nouveaux. Par contre maintenant que l'esplanadade de l'hôtel de ville est terminé, celui-ci paraît bien gris, il faudrait laver cette façade. Cela est il prévu? D'autre part les travaux de la rue Joseph gaillard ont énormément abîmé la voirie, et les marques du passage piétons entre l'hôtel de ville et le coeur de ville sont franchement crades. Dernière chose, je ne trouve nul part d'illustration de la futur gare RER où peut-on trouver cela?

fonteix Arnaud :

le 16-10-2017 à 12:16:01

Ville de Vincennes :

Bonjour,
Concernant le ravalement de l'hôtel de ville, des études préalables doivent effectivement être lancées, mais il est trop tôt pour donner une date d'intervention, les coûts sur un monument comme celui-ci étant particulièrement élevés.
La rue Joseph-Gaillard doit effectivement être refaite en 2018, dans le cadre des travaux de mise en espace apaisé du quartier Liberté/Marseillaise/Silvestri/Gaillard.
Enfin, le projet architectural de la gare RER, dont la responsabilité incombe à la RATP, n'est pas encore définitivement connu.

travaux et nuisances
Assez d'accord avec le message précédent, les travaux sont nécessaires mais il faut en limiter les nuisances.

En tout cas, les travaux des accès du RER ont déjà un impact négatif sur la propreté des abords car gênant le nettoyage: poubelles débordantes autour des sorties Aubert et Loeil, pelouses avenue Aubert devenant un dépotoir.
Le recoin situé entre deux armoires Avenue Lamartine à l'angle du mail du 8 mai 1945 sert d'urinoir: cet emplacement rarement lavé devient une infection!!

Par ailleurs, les ivrognes se rassemblant tous les après -midi depuis plusieurs semaines place Semard sont dérangeants, et terrorisent les enfants.
Il serait temps de faire retrouver son calme à cet endroit.

lorrain :

le 16-10-2017 à 09:38:28
  • Générer en pdf
  • Haut de page

Sondage

DailyMotion DailyMotion